Emilie Simon

Dans les qualificatifs les plus divers qui se téléscopent quand il est question d’évoquer Emilie Simon, certains reviennent avec fréquence : on la dit « petite fée de l’électronique », « princesse de glace », « ingénieuse des sons », « hybride »; successivement version cyborg de Björk, puis de Tori Amos, maintenant de Kate Bush.

Il est sûr que l’univers de la Montpellieraine, désormais Newyorkaise, est un univers à part, qui ne cesse de s’affranchir de lui-même, album après album.

Voici une chanson extraite du concert au Trabendo de 2006 :

Et parce qu’on adore son bras électronique 3ème génération[1] (fabriqué par Cyril Brissot), on ne résiste pas à l’envie de partager cette version de « Il pleut » enregistrée en 2010 dans son appartement de New-York :

_______________________________________________

[1] Emile Simon parle de son bras dans cette interview de 2007.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :