A la Sainte-Luce, les jours croissent-ils du saut d’une puce ?


Les français sont décidément crédules…

Voilà des siècles, qu’ils se répètent de vieux dictons, sans en vérifier l’authenticité.

Il en va ainsi du fameux proverbe : « A la Sainte-Luce, les jours croissent du saut d’une puce ».

En effet, la durée du jour ne commence réellement à croître qu’après le solstice d’hiver (le 21 décembre). Alors, quoi, ils sont encore tombé sur la tête, les gaulois ?


De deux choses l’une, vérifions : il semblerait qu’il y ait deux explications.

Une première explication pourrait être donnée par l’équation du temps1 : si, en effet, au 13 décembre, les jours continuent de raccourcir… le soleil, lui, commence à se coucher insensiblement plus tard chaque jour… Un décalage infime : 1 minutes en 5 jours…

D’après la seconde explication, il semblerait que le dicton ait fait son apparition avant l’application du calendrier grégorien, en 1582, et que le 13 décembre d’alors correspondait astronomiquement au 23 décembre d’aujourd’hui. En somme, c’est bien gentil de la part de Grégoire XIII de ne pas supporter que les calendriers soient décalés par rapport au soleil et de vouloir remettre les pendules à l’heure, mais les chat finissent par ne plus y retrouver leurs jeunes et on ne sait plus à quel saint se vouer… 2

Quoi qu’il en soit, si vous souffrez de dépression saisonnière, ce proverbe pourra vous apporter un peu de réconfort…


1 L’équation du temps peut donner mal à la tête, attention, mais vous en trouverez une version vulgarisée ici).
2 Il semblerait que les motivations du changement de calendrier étaient en réalité d’un autre ordre comme le montre cet excellent article de F. Biraud : « Le souvenir du calendrier julien dans les traditions populaire ».

….d’où vient la fête de la Saint-Nicolas?


Né vers 270 en Asie Mineure, saint Nicolas accomplissait déjà des miracles de son vivant. Mais grâce à l’imagination populaire, il a continué longtemps après sa mort. En 1254, il a même sauvé notre cher Louis IX, dit Saint Louis, en l’arrachant à une tempête aux environs de Chypre. Saint Nicolas est naturellement devenu le patron des navigateurs.

Père fouettard carte ancienneUn peu plus tard, au XIIIe siècle, il aurait libéré le sire de Réchicourt, capturé lors de la sixième croisade. Il est alors naturellement devenu le patron des prisonniers.

Enfin, il est parvenu à faire ressusciter trois enfants taillés en pièces par un boucher, ce qui lui a naturellement valu de devenir, non le patron des bouchers, mais celui des enfants, auxquels il distribuait autrefois des cadeaux dans la nuit du 5 au 6 décembre.

Il formait un couple d’enfer avec le père Fouettard, qui s’occupait pour sa part des vilains garnements récalcitrants qui étaient tout bonnement enlevés par ce vénérable croque-mitaine.

Patron des navigateurs, il était normal que Nicolas traversât l’Atlantique au XVIIe siècle en compagnie des premiers colons européens, et qu’il en revînt deux siècles plus tard, rebaptisé Santa Claus, déformation de saint Nicolas par les Américains.

Son dernier miracle a consisté à se transformer en père Noël en 1822, date à laquelle a été composé un poème qui le présente en train de déposer des cadeaux à la veille de Noël…1

1 Jérôme Jacobs – Fêtes et célébrations, Ed. Librio, p. 73-74