Le noir vous va si bien… (4/4)


Terminons notre sélection de femmes criminelles par le roman d’un auteur qui a créé un véritable électrochoc littéraire en 1994 avec un titre sans détour : Baise-moi. Virginie Despentes, dont c’est le premier roman et qui n’a alors que 25 ans, nous raconte l’histoire de deux jeunes femmes, Nadine et Manu qui se lancent dans une cavale éperdue de violence et de haine après avoir été violées. Sans message, ce roman nous dépeint une descente aux enfers : sexe, drogue, meurtre, rien ne nous est épargné. Une page, une gifle, et pourtant ce roman procure la même sensation que les drogues dont il parle et qui ont été consommées par l’auteure pendant sa rédaction : une violente addiction. Ce roman a été suivi depuis par de nombreux autres qui ont été acclamés par la critique et ont valu à Virginie Despentes la réceptions de plusieurs prix littéraires dont le prix Renaudot en 2010 pour Apocalypse bébé. Baise-moi a été adapté à l’écran en 2000 et a soulevé, bien sûr, une houleuse polémique. Lire ce roman vous propulsera dans l’univers littéraire français 2.0, un univers qui ne pourra pas vous laisser indifférent.

 

Extrait : Nadine se regarde dans la vitrine de la pharmacie. Sa jupe la serre trop, elle remonte quand elle marche. On lui voit tout son cul qui ondule et qui veut qu’on la baise.
Quand elle va travailler, elle a toujours la même tenue, toujours le même parfum, toujours le même rouge à lèvres. Comme si elle avait réfléchi à quel costume endosser et elle ne voulait plus en entendre parler.
Ceux qu’elle croise la regardent différemment quand elle a sa tenue de tapin. Elle dévisage les gens, tous les messieurs qu’elle croise peuvent l’avoir. Même les plus vieux et les plus sales peuvent venir sur elle. Pourvu qu’ils paient comptant, elle se couche sur le dos pour servir à n’importe qui.
Métro Charpennes. Elle marche vite. Claquent les talons de l’asphalteuse…

Photos de la journée d’étude du 09 avril 2011


 

 

Retrouvez ici le programme de la journée

Journée d’Étude – Foyer de la famille, foyer de la culture (dans le roman français, anglais et roumain des dernières décennies)


– 9 avril 2011 à 9 h 00 –
Faculté des Lettres, Bibliothèque du Lectorat français

P R O G R A M M E  D E S  S É A N C E S

La famille entre l’exil et la société

Président : Solène BRUNET

Liana MUTHU

The Wopulds at the Crossroads in Iain Banks’

The Steep Approach to Garbadale

Georgeta ORIAN

Recursul la istorie : familie şi societate la sfârşitde secol XIX (Ioana Pârvulescu, Viaţa începe vineri)

Teodora POPA

Petru Popescu: de la familia românească sub

comunism la cea multiculturală americană

Cristina MUNTEANU

Perdre une famille, gagner une autre

Entre enfants et parents

Président : Hugo DUHAYON

Lavinia BRANIŞTE

Multiculturalism and the ever-changing self in

Hanif Kureishi’s The Black Album

Anca PORUMB

Femmes fortes, femmes faibles chez Hervé

Guibert et Yves Navarre

Ovidiu PREJMEREAN

Christ entre symbole et représentation. La

désincarnation chez Jean Rouaud et

l’incarnation chez Gustave Moreau

Simona JIŞA

Marius Daniel Popescu : le deuil du « loup »

Pause café
Quête identitaire et écriture

Président : Simona JIŞA

Delia ENGHIŞ

Home family and exile in My Antonia by Willa Cather

Cristiana TEŞCULĂ

Maison de pierre, maison de chair – la

figuration de la demeure et des relations de

famille dans le roman Denier du rêve de

Marguerite Yourcenar

Hugo DUHAYON

Apocalypse bébé : un road-book de la dés-intégration

Ela VĂLIMĂREANU

Natacha ou l’éducation in extremis. Brefs regards sur la poétique sarrautienne

Solène BRUNET

Une famille intertextuelle : la tribu Malaussène

Ioana BOTA

Le Poète assassiné : pseudo famille et érudition

La famille devant le phénomèneculturel

Président : Ela VĂLIMĂREANU

Anca RUS

Famille, culture et nature dans le roman L’église verte d’Hervé Bazin

Yvonne GOGA

Famille et culture dans Rue du Havre de Paul Guimard

Conclusion

Goncourt : Houellebecq, Despentes, Nothomb… en lice.


L’Académie Goncourt a publié sa première sélection pour son prix 2010 qui doit être attribué le 8 novembre. Etat des lieux.

De toutes les sélections des prix littéraires, celle du Goncourt est sans doute la plus attendue. Ils sont quatorze prétendants mais trois d’entre eux sont déjà sur toutes les lèvres et en tête de gondoles. Michel Houellebecq, Virginie Despentes ou Amélie Nothomb…

Lire la suite sur :

GONCOURT : HOUELLEBECQ, DESPENTES, NOTHOMB… EN LICE – Actualité Livres – EVENE.